En cas de séisme, quels dommages pourrait subir votre bâtiment et qui les supporterait?

En considérant les méthodes de construction d’usage en Suisse, on peut estimer de façon générale que des dommages aux bâtiments seraient à déplorer à partir d’une magnitude de 5. Avec les séismes de magnitude 6 à 7, on peut s’attendre à des ravages importants. Pour des séismes d’intensité moindre, des fissures et dommages moins graves peuvent déjà se produire rien que par la chute d’objets divers.

Ma maison bénéficie d’une construction parasismique, qu’est-ce que cela signifie?

Les tremblements de terre sont inévitables, mais leurs conséquences peuvent être endiguées grâce à la construction parasismique. La construction à l’épreuve des séismes se concentre en effet au premier lieu sur la protection des personnes contre l’écroulement des bâtiments, sur la limitation des dommages subis par les ouvrages et sur la réduction des dommages consécutifs. En Suisse, il manque des données sur la résistance sismique de plus de 90 % des bâtiments. La norme parasismique suisse SIA 261, introduite en 2003, ainsi que la fiche technique SIA 2018 définissent les modalités de construction d’un nouveau bâtiment parasismique ainsi que les conditions à remplir pour qu’un bâtiment existant puisse voir sa sécurité sismique accrue. Cependant : une construction parasismique ne signifie pas que le bâtiment est à l’abri des secousses. Elle garantit simplement que des mesures ont été prises pour éviter l’effondrement du bâtiment.

Est-ce que l’assurance immobilière obligatoire paie en cas de dommages causés par un séisme?

L’assurance immobilière obligatoire ne couvre pas les dommages causés par un tremblement de terre. En d’autres termes, vous devez assumer vous-même la totalité des coûts pour réparer les dommages engendrés par un séisme.

Même si le pool suisse pour la couverture des dommages sismiques assure une couverture limitée contre les risques sismiques auprès de la majorité des assurances immobilières cantonales (sauf pour le canton de Berne), ces prestations sont réalisées uniquement à titre facultatif et ne représentent pas une véritable solution d’assurance. En cas de sinistre, il n’y a donc pas de garantie de remboursement. Pour la Suisse entière, le montant maximal des prestations assurées s’élève à 2 milliards de francs suisses. Les remboursements ne sont réalisés qu’à partir de séismes d’une intensité de 7 ; aucun versement n’est donc effectué pour des séismes de moyenne amplitude. La franchise est au minimum de CHF 50 000.–.

Le canton de Zurich, qui lui aussi connaît une assurance sismique facultative, rembourse selon des critères similaires. Dans le canton de Zurich, le propriétaire bénéficie, il est vrai, d’une garantie de remboursement. Mais la couverture est toutefois limitée à 1 milliard de francs suisses.

Que se passerait-il avec mon hypothèque si ma maison subissait des dégâts à la suite d’un tremblement de terre?

À raison de 44 % en moyenne, les biens immobiliers constituent l’élément principal de la fortune des ménages suisses. La grande majorité est financée par une hypothèque. Si un tremblement de terre endommage ou détruit ces bâtiments, les hypothèques en cours devront toujours être payées, indépendamment des dommages. Et tous les frais de réparation viendront alourdir la note.

Les personnes estimant les risques trop élevés peuvent souscrire une assurance tremblements de terre pour s’assurer contre les dommages sismiques.

• En considérant les méthodes de construction d’usage en Suisse, on peut estimer de façon générale que des dommages aux bâtiments seraient à déplorer à partir d’une magnitude de 5.
• Pour des séismes d’intensité moindre, des fissures et dommages moins graves peuvent déjà se produire rien que par la chute d’objets divers.

• Une construction parasismique ne signifie pas que le bâtiment est à l’abri des secousses.
• Une construction parasismique permet toutefois de limiter les dégâts aux bâtiments. De plus, des mesures ont été prises pour éviter la chute d’un bâtiment dans le but de protéger les êtres humains.
• En Suisse, il manque des données sur la résistance sismique de plus de 90 % des bâtiments.

• L’assurance immobilière obligatoire ne couvre pas les dommages causés par un tremblement de terre.
• En d’autres termes, vous devez assumer vous-même la totalité des coûts.
• Par le biais du pool suisse pour la couverture des dommages sismiques, la plupart des assurances immobilières cantonales (à l’exception du canton de Berne) assure une couverture limitée contre les risques sismiques. En cas de sinistre, il n’y a donc pas de garantie de remboursement. Pour la Suisse entière, le montant maximal des prestations assurées s’élève à 2 milliards de francs suisses. Les remboursements ne sont réalisés qu’à partir de séismes d’une intensité de 7. La franchise se monte au minimum à CHF 50 000.
• Dans le canton de Zurich, une assurance complémentaire contre les séismes dédommage selon les mêmes critères. Il existe un droit aux prestations. Mais la couverture est toutefois limitée à 1 milliard de francs suisses.

• À raison de 44 % en moyenne, les biens immobiliers constituent l’élément principal de la fortune des ménages suisses. La grande majorité est financée par une hypothèque.
• Si un tremblement de terre endommage ou détruit ces bâtiments, les hypothèques en cours devront toujours être payées, indépendamment des dommages et des frais de réparation.

Les personnes estimant les risques trop élevés peuvent souscrire une assurance tremblements de terre pour s’assurer contre les dommages sismiques.

Recommandez-nous

Le site assurer-tremblements-de-terre.ch contient des informations intéressantes concernant des tremblements de terre en Suisse. Voici le lien avec le site :
https://www. assurer-tremblements-de-terre.ch/