Une erreur inattendue a été commise. Veuillez réessayer plus tard, merci votre compréhension.

L’influence de la nature du sous-sol lors d’un séisme

Le risque sismique en Suisse dépend de nombreux facteurs. Un élément déterminant – et souvent sous-estimé – est le type de sous-sol sur lequel repose un bâtiment. En règle générale, plus le substrat est mou, plus la probabilité que le bâtiment subisse des dégâts est élevée. 

Les propriétaires ignorent souvent sur quoi repose leur bâtiment 
En Suisse, la plupart des propriétaires ne savent pas si leur bâtiment se trouve sur le même type de terrain que la maison voisine. Ils ne connaissent même pas la nature du sol à 50 mètres de profondeur sous leur propriété. Il faut dire qu’il existe très peu d'informations et d'études sur le sujet.

L'Université de Berne mène actuellement un projet de recherche sur le sous-sol de la ville de Berne. On sait déjà que le sous-sol géologique de Berne se compose de dépôts glaciaires, c'est-à-dire d'argile mêlé de gravier (en vert dans la figure en droit), de cailloutis et de gravier (en gris) et de roche (en brun). Ce qu’on ne sait pas, c’est où se situent exactement les limites entre la roche, l'argile et le gravier. Cette question fera l'objet de recherches dans le cadre de cette étude. 

Karte Bodenbeschaffenheit
Reber et al. (2016; Terra Nova).

Les grandes villes de Suisse sont construites sur de l'argile et du gravier
La plupart des grandes villes sont construites sur des remblais d'argile et de gravier, ce qui a de sérieuses implications pour la sécurité sismique. De plus, les couches de gravier contiennent souvent de l'eau, de sorte que le sous-sol peut se liquéfier – avec des conséquences fatales. Même les structures antisismiques peuvent s'effondrer en cas de fortes vibrations. Le fait que la plupart des grandes villes suisses – Zurich, Genève, Bienne, Thoune, Interlaken – soient comme Berne construites sur ce sous-sol est donc préoccupant. (Voir Illustration en droit, d’un cas comparable à Niigata, au Japon, avec un sous-sol d’argile et de gravier).

 

Bâtiment en chute auf Japon
Illustration d’un cas comparable à Niigata, au Japon, avec un sous-sol d’argile et de gravier

Le sous-sol de la Suisse est largement méconnu
La connaissance du sous-sol à l’échelle locale est largement insuffisante, et cela dans toute la Suisse. Afin de montrer ne serait-ce qu’approximativement l'influence du sous-sol, le Service Sismologique Suisse en donne une représentation sous forme de cartes des effets (voir figure en gauche). Carte du Service Sismologique Suisse.

Une chose est sûre: une maison en bois construite sur du rocher peut résister relativement bien à un tremblement de terre. Mais ce genre de construction est très peu représentatif du parc immobilier suisse. 

Si vous estimez que le risque de ne pas savoir sur quel substrat repose votre bâtiment est trop élevé, vous avez tout intérêt à conclure aujourd’hui-même une assurance tremblement de terre. C’est la seule façon d’assurer votre sécurité financière en cas de tremblement de terre.

carte des effets
Carte des effets, ETH Zürich, www.seismo.ethz.ch